Maisons Paysannes du LOIRET

Hiver 2018 : Un atelier torchis intérieur

Taille :

Hiver 2018 : Un atelier torchis intérieur

 

Si l’hiver ne convient pas pour les travaux extérieurs en terre et en chaux, en revanche rien ne s ‘oppose à la pratique du torchis à l’intérieur : c’est ce que nous avons fait chez une de nos adhérentes. Remaniée pour la façade au début du 20ème, la maison comporte un très grand grenier qui a conservé une paroi en pan de bois et torchis.

Notre adhérente est en train d’aménager ce grenier et d’en isoler le toit. Elle souhaitait conserver le mur en pan de bois qui avait encore une partie de son remplissage d’origine mais très abîmé.


Le torchis est un matériau recyclable 

L’ancien torchis qui était monté sur une armature de petits « rollons » (1) a été retiré, broyé, débarrassé des restes de paille, remouillé et s’est avéré parfait pour un nouvel usage. En revanche nous avons dû rejeter la plupart des anciens rollons, mangés aux vers. Nous en avons retaillé dans des piquets d’acacia et des bûches de chêne sec en amincissant les bouts pour pouvoir les coincer en force dans les encoches des poteaux.


Les étapes du travail

L’atelier s’est tenu sur 2 samedis, avec 8 participants. La partie la plus longue du travail a été, après dépoussiérage du pan de bois, de retailler les  rollons  de l’armature et de les coincer entre des poteaux parfois en mauvais état ; les « torches » en terre paille préparées d’avance ont été enroulées sur l’armature déjà mise en place. Les trous ont été bouchés par des poignées de terre et de paille courte et le remplissage recouvert d’une couche de terre pure, serrée à la truelle puis striée pour l’accrochage du futur enduit chaux.

torchis 1

[1] C’est le terme utilisé en Sologne. On trouve aussi « palisson », « éclisse » et bien d’autres termes suivant les régions


torchis 2


 

Le torchis est un jeu d’enfant, mais…

 

pour qu’il soit durable, certaines précautions sont à prendre :

 

- la terre : elle doit être plastique, mais non collante (contenant beaucoup d’argile) : elle risque alors de se fissurer au séchage. Dans ce cas, la « dégraisser » avec du sable fin


 

 

torchis 3

- la paille : celle de seigle est la meilleure, car longue et souple. La paille de blé peut être utilisée mais elle est plus raide à travailler. Il est alors préférable de fabriquer les «torches » (poignées de terre-paille qu’on enroulera autour des rollons)  un peu à l’avance, pour que la paille s ‘assouplisse, ce que nous avons fait avec  la nôtre


 


- il est primordial de tasser au maximum la terre le long des colombes (poteaux) pour éviter le retrait lors du séchage.

torchis 4

 

- le séchage doit être long et doux : la chaleur provoque retrait et faïençage. A l’extérieur, le mur doit être protégé de la pluie, du soleil et du vent par une bâche.

 


L’enduit de finition 


 

Il peut se faire à la terre, pure ou mélangée à des paillettes végétales (lin, paille, chanvre…) ou à la chaux (CL90 et sable 02) ; dans ce cas il faut attendre le séchage à cœur (au moins 2ou 3 mois), puis remouiller pour appliquer l’enduit . Celui-ci doit arriver au ras des poteaux, sans surépaisseur (d’où la nécessité de prévoir une réserve d’au moins 1 cm au moment du remplissage).

torchis 5


 

Avis aux amateurs !

 

Notre chantier n’est pas terminé : il reste encore du remplissage à faire et l’enduit chaux à poser sur ce qui a déjà été fait. Les adhérents en seront avisés et les dates des prochains ateliers 2018-2019 seront publiées sur ce site. Nous accueillerons avec plaisir les bénévoles intéressés !

 

L’outillage :

 

  • Des auges, une bâche pour broyer ou malaxer la terre aux pieds
  • Truelles langues de chat
  • Scie et serpe pour tailler les rollons

 

…et beaucoup de soin et de patience…

 

 

 

A noter qu’un groupe de travail national dans lequel Maisons Paysannes de France est très impliquée est en train de mettre la dernière main à un « GUIDE DES BONNES PRATIQUES TORCHIS » qui sera bien utile aux professionnels comme aux auto-constructeurs.